Live Report de La Ruda en Acoustique, à l’Antirouille (Montpellier)

Montpellier, Antirouille, 20h. On le sait qu’à chaque fois c’est pareil. Et pourtant, on refait toujours le même coup. L’heure annoncée n’est jamais la bonne. Soit. C’est en masse que la foule s’est déplacée pour voir une énième fois La Ruda, la sixième à mon compteur personnel, en acoustique.


         

C’est avec un album tout fraîchement sorti 10 jours auparavant que La Ruda repose ses valises à Montpellier, le temps de proposer un show de près 1h45 dans la petite salle de l’Antirouille. Grand Soir, dernier opus du groupe, a renforcé la ligne directive amorcée : l’expérience acoustique apporte un véritable vent de fraîcheur et de légèreté, alors que les critiques reprochaient le manque de renouvellement flagrant après bientôt 15 ans d’existence.

La Ruda en acoustique, c’est une Ruda très jazz, très swing, tout en gardant cet état d’esprit festif qui fait sa marque de fabrique. Un côté rétro avec un air rock’ n’roll à l’américaine, de grosses ampoules clignotantes à la façon des panneaux publicitaires de Las Vegas ; le grand orchestre passe désormais dans les petites salles, beaucoup plus intimistes. Chaises, tabourets, scène minuscule sans barrière avec le public, plafond bas comme dans une cave : l’endroit idéal pour chauffer une bande de joyeux allumés…

Pierrot
au chant ne se fait pas prier : la nouvelle tournée est en route depuis une semaine, mais l’on dirait que le public connait les nouveaux morceaux depuis toujours. Le courant passe plus que mieux, réceptif en tous hauts points. A même finir par se demander si La Ruda joue vraiment en acoustique tant la puissance scénique dégagée est importante.
Le choix de la set list est plus que judicieux. La Ruda alterne nouvelles compos et hits incontournables du répertoire. Grand Soir rappelle terriblement les débuts du groupe… même que ce soit en acoustique, les fans de la première heure retrouveront ce côté ska plus que celui « rock » amorcé depuis deux albums maintenant. Le succès est immédiat.

                      

Go To The Party provoque une vague de « jump » sans précédent, Eddie Voit Rouge est une arme redoutable de rock n’roll, Un Beau Matin Au Plus Tard rappelle le tout premier opus en 96, Quand le Réveil Sonne est tout simplement monstrueux ! Le succès du dernier album est indéniable au prés des gens, alors quand celui-ci est entrecoupé de morceaux tels que Tant d’Argent Dans Le Monde, Que Le Bon L’emporte, Le Prix du Silence, Unis… l’effervescence ne peut pas être consumée.
Le bonheur sera à son comble pour les grands habitués qui auront la chance de ré-entendre, certes revisités, des Trianon, Roots Ska Goods, Art de la Joie…

Dur de se remettre d’une telle claque, vraiment. Surtout au vue de la performance irréprochable du groupe. De temps en temps ils ont laissé de côté l’acoustique pour passer à l’électrique pour enfoncer, définitivement, les derniers rescapés des pogos incessants. Un véritable chaudron, au bord du gouffre, qui coûtera une évacuation d’un mec par la Croix Rouge, assez mal en point.
Pierrot pourtant nous a proposé quelques parades acoustiques notamment sur La Fumée des Gauloises, ou encore Tout Va Bien, relativement calme agrémentés seulement d‘une guitare sèche et cuivres. Mais à chaque fois ça’ été reculer pour mieux sauter. Peu de temps morts, les morceaux s’enchainant sans relâche, les plus nerveux à la fin, les jambes ont toujours du mal à suivre.

C’est après 3 rappels que tout le monde peut s’écrier « solidaires dans la danse ! » en transpirant des litres d’eau , La Ruda quant à elle « ne voit toujours rien venir ». Dans cette petite salle de 150-200 personnes, blindée, La Ruda n’a rien eu à envier à n‘importe quel groupe. Au rythme des Histoires Improbables et de recherche à savoir qui sera à la réception de L’Homme Canon, c’est une foule lessivée et usée qui quittera l’Antirouille avec un sentiment imparable : La Ruda est actuellement LE meilleur groupe de ska français, et même son passage en acoustique a fait soulever (pour ne pas dire exploser) le public. Cette expérience a eu l’effet coup de fouet pour refaire partir le groupe au taquet, gonflé à bloc, le public plus que jamais derrière.

« Tout le monde, tout le monde, tout le monde ! Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, c’était le grand orchestre de La Ruda… Salska ! »

Dans la sueur, la vapeur, et le bruit.

Þ Vu le Jeudi 26 Mars 2009, Antirouille, à Montpellier.

                        

Set List :
· Grand Soir (2009) : Go To The Party // Eddie Voit Rouge // Un Beau Matin Au Plus Tard // Dans La Même Rue // Fantomas 2008 // Quand Le Réveil Sonne // La Parade De Gordon Banks // Grand Soir // Padam Elvis // Si Tu Allais.
· Les Bonnes Manières (2007) : Tout Va Bien // La Fumée des Gauloises
· La Trajectoire de l’Homme Canon (2006) : De Simples Choses // La Trajectoire de l’Homme Canon.
· Passager du Réel (2001) : Histoires Improbables
· L’Art de la Joie (1998) : Le Bruit du Bang // Rien Venir // Que Le Bon L’emporte // Tant D’argent Dans Le Monde // L’art de la Joie.
· Le Prix du Silence (1996) : Unis // Le Prix du Silence // Roots Ska Goods // Trianon.

NOUVEAU : BEST OF PLAYLIST

Les Pulpeurs et Pulpeuses (hum !) ont demandé que des morceaux soient dispo, pour qu’on puisse voir un peu le style et l’ambiance qui l’en étaient ressortis. On vous a donc concocté une petite playlist de morceaux en live de La Ruda, l’électricité en plus. On rappelle que le concert était en acoustique. Mais La Ruda en acoustique, c’est tout aussi boulégant ! Enjoy ! Enfin, c’est très relatif puisque les deux derniers albums ne sont pas dispo. Cependant on balance en écoute uniquement des morceaux qui ont été joués 😉 Me demander si vous voulez en avoir un en particulier…

http://www.deezer.com/embedded/widget.swf?path=23009247&lang=FR&colorBack=0x525252&colorVolume=0x00CCFF&colorScrollbar=0x666666&colorText=0xFFFFFF&autoplay=0&autoShuffle=0&id=1585509

2 réponses à “Live Report de La Ruda en Acoustique, à l’Antirouille (Montpellier)

  1. Merci pour la playlist Quand on connaît peu ou pas le groupe ou l’artiste, ça donne un meilleur aperçu, un meilleur ressenti de l’article. A ce propos, j’ai l’impression que tu vas voir que des trucs trop bons en concert Tu as pas eu l’air déçu sur celui-là.

  2. @ Zofia Oui je te rejoins pour cette histoire de playlist de loin. Non pas déçu, même si ça fait déjà 6 fois que je les vois…La semaine avait été chargée puisque 3 jours après y’avait le Festival de la Meuh Folle par chez moi, et il fera l’objet de ma prochaine chronique. Retour en musique très bientôt… On garde le rythmne !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s