Mais qu'est ce que le Ig Nobel Prize?

Vous connaissez le très officiel et rudement sérieux Prix Nobel, décerné par l’Académie Royale des sciences de Suède, mais connaissez-vous son cousin, le parodique Ig Nobel Prize (prononcé approximativement comme « ignoble » en anglais) ?
Ce prix (peu convoité, bizarrement) présenté à l’université Harvard récompense chaque année depuis 1991 des chercheurs, écrivains, économistes ou encore hommes politiques,  pour leurs travaux saugrenus, parfois admirables mais souvent complètement stupides, dans des domaines à la fois variés et insolites.
De manière officielle, le Ig Nobel Prize est décerné à des personnes dont les travaux « ne peuvent ou de doivent pas être reproduits » car jugés inutiles, ridicules voire même nuisibles.

Le palmarès 2008 est plutôt sympathique:

Nutrition : revient à Massimiliano Zampini, de l’Université de Trente et Charles Spence de l’Université d’Oxford pour leurs recherches sur la sonorité de la nourriture.

Paix : le prix est décerné au comité d’éthique sur la biotechnologie non-humaine de la confédération helvétique pour avoir établi légalement que les plantes avaient une dignité.

Archéologie : Astolfo G. Mello Araujo et José Carlos Marcelino de l’Université de São Paulo, pour avoir mesuré les effets nocifs du tatou sur le contenu des sites de fouilles archéologiques.

Biologie : Marie-Christine Cadiergues, Christel Joubert et Michel Franc de l’École nationale vétérinaire de Toulouse pour avoir découvert que les puces qui vivent sur un chien peuvent sauter plus haut que les puces qui vivent sur un chat.

Médecine : Dan Ariely (Duke University) qui a démontré qu’un placebo au tarif très élevé était plus efficace qu’un placebo au prix peu élevé.

Sciences cognitives : Toshiyuki Nakagaki (université d’Hokkaido), Hiroyasu Yamada (Nagoya), Ryo Kobayashi (Hiroshima), Atsushi Tero de la Japan science and technology (JST/Presto), Akio Ishiguro de l’université Tohoku et Ágotá Tóth de l’université de Szeged en Hongrie, qui ont découvert que les mycétozoaires pouvaient trouver la sortie d’un labyrinthe.

Économie : Geoffrey Miller, Joshua Tybur et Brent Jordan de l’université de New Mexico pour avoir découvert que le cycle d’ovulation d’une danseuse de danse-contact pouvait avoir un effet sur le montant de ses pourboires.

Sciences physiques : Dorian Raymer, des observatoires océaniques de l’institution Scripps et Douglas Smith de l’Université de Californie à San Diego, pour avoir prouvé mathématiquement que les tas de cheveux, de cordes ou de presque n’importe quoi d’autre finissaient inévitablement par s’emmêler en nœuds.

Chimie : à Sharee A. Umpierre de l’université de Puerto Rico, Joseph A. Hill, des centres de fertilité de Nouvelle-Angleterre et à Deborah J. Anderson de l’université de médecine de Boston et de la Harvard medical school pour avoir démontré que le Coca-Cola était un spermicide efficace. Le prix est aussi remis aux chercheurs taïwanais Chuang-Ye Hong, C.C. Shieh, P. Wu, et B.N. Chiang qui ont de leur côté établi que le Coca-Cola n’était pas un spermicide efficace.

Littérature : David Sims, de la Cass Business School (Londres) pour son étude joliment écrite et intitulée You Bastard: A Narrative Exploration of the Experience of Indignation within Organizations. (traduction approximative : Espèce de salaud ! Une exploration narrative de l’expérience de l’indignation au sein des organisations).

En vrac, deux trois petites pépites des cérémonies précédentes:

En 2001:

Aviation: Patricia V. Agostino, Santiago A. Plano et Diego A. Golombek de l’Université Nationale de Quilmes, en Argentine, pour avoir découvert que le Viagra aidait les hamsters à se remettre d’un décalage horaire.

Paix: The Air Force Wright Laboratory, à Dayton, pour leur travail de recherche et développement sur une arme chimique, la « bombe gay », qui rend les soldats ennemis sexuellement irrésistibles pour leurs frères d’armes.

En 1993:

Mathématiques : Robert Faid de Greenville, Caroline du Sud, fidèle voyant en statistiques, pour avoir calculé les chances exactes (710 609 175 188 282 000 contre 1) que Mikhaïl Gorbatchev soit l’Antéchrist.

Médecine : James F. Nolan, Thomas J. Stillwell, et John P. Sands, Jr., miséricordieux hommes-médecins, pour leur douloureux mémoire de recherche, « Gestion correcte d’un pénis coincé dans une fermeture éclair ».

Et pour finir, en 1991:

Physique : Thomas M. Kyle, authentique farceur, pour sa découverte de l’élément le plus lourd de l’univers, l’Administratium, qui comprend un neutron, huit neutrons-assistants, 35 vice-neutrons et 256 vice-neutrons-assistants.

(source: Wikipedia)

Publicités

9 réponses à “Mais qu'est ce que le Ig Nobel Prize?

  1. putain c’est bon ça ! tu sais que tu vas permettre à rael d’alimenter ses blagues pendant des années avec ça!!j’adoooore la bombe gaie!!

  2. Ce que je retiens : « La gestion d’un penis coincé dans une fermeture éclair ». Clownface à 2 ans aurait été grave content d’avoir lu ça !!!Et puis, laissons le tatou tranquille, même si il peut lui arriver de détériorer des sites archéologiques…Je me dis que tu lis trop de livres d’Édouard Launet !!!

  3. > Léa: Alimenter les blagues de Rael pendant des années?! Diantre, si j’avais su, je me serais abstenue!!!^^> Anto: C’est pas qu’il « peut » y en avoir, c’est plutôt que c’est inévitable!!! Le grand drame de notre monde réside en ce problème.> Clownface: ça devait pas être facile tous les jours quand tu avais 2 ans…Mais oui je suis démasquée je lis beaucoup trop les bouquins de ce cher M. Launet!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s