Au Temps pour Moi – Serge Scotto

L’Écailler lance sa collection Pulp et apporte au roman noir la couleur de l’humour. Mettant en scène des personnages et des situations déjantés, cette collection présente le roman noir sous une forme décalée.
Anciennement L’Écailler du Sud, cette maison d’édition revendique le côté Rock ou Pulp par ses choix de parutions. En plus de la collection Pulp, on peut y retrouver l’Écailler Documents – ouvrages sur des crimes authentiques et méconnus – l’Ecailler du Rock, le petit Ecailler, et la collection Polar & Noir dont je vous conseille les titres Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser et Du côté des abattoirs de Jan Thirion.

Merci à Delphine Bole pour le partenariat web 🙂

Au temps pour moiSurtout ne vous fiez pas à la couverture d’Au temps pour moi et son rapprochement avec un grand fait d’actualité du printemps dernier… Dès le premier coup d’oeil, on y reconnait la silhouette de DSK, chambre d’hôtel et « Machinassou Dialo » déposant des draps de bain sur un lit. New York bien sûr.
Mais ce fait n’est qu’un épisode secondaire d’Au temps pour moi, une histoire en filigrane que va nous raconter Herbert Turaive, narrateur et héros du dernier roman de Serge Scotto. Un roman du sud puisque tout le reste de l’histoire se situe à Marseille où des auteurs marseillais de polar se font assassiner les uns après les autres. Herbert Turaive, prix Goncourt, tueur à gages pour boucler les fins de mois et tonton d’un parrain local, va enquêter, tout en prêtant main forte à DSK, et en essayant de se dépêtrer de ses histoires sentimentales où finalement les femmes ne savent jamais ce qu’elles veulent et s’imaginent différentes.

N’y voyez pas de misogynie, c’est juste drôle. Au temps pour moi est un roman qui n’y va pas avec le dos de la cuillère et se moque ouvertement du monde de l’édition, des auteurs (parisiens, mais pas que) des femmes bien sûr, des libraires, des salons du livre, de notre société où même l’orthographe dans les journaux n’est plus respecté. C’est mordant, truffé de jeux de mots, on pourra ainsi retrouver un Stephan Aisselle, un Benito Musso-Levy ou encore une Amélou Tretombe. On s’attachera à Rimbaud, Aurélie, tonton Tonin, à Herbert Turaive évidemment dont la seule femme qui trouve grâce à ses yeux est sa maman…
Serge Scotto fait évoluer tous ces personnages dans Marseille, dont on ne pourra s’empêcher de tomber amoureux, de tout voir comme si on y était, dans cette ville si particulière, Scotto – enfin Herbert – y porte un regard très lucide et en même temps très tendre. Réinventant un scandale contemporain, Serge Scotto propose une histoire à l’humour décalé, à l’écriture très fluide et aux situations cocasses.

Il y a l’enquête sur les crimes des auteurs mais Au temps pour moi est plus qu’un simple roman policier, c’est un véritable moment au cœur de Marseille, un roman où il faut lâcher prise, se laisser en embarquer dans cette histoire parfois grinçante, parce que finalement ça fait du bien de rire comme ça !

Publicités

Une réponse à “Au Temps pour Moi – Serge Scotto

  1. Je ne connais pas du tout cette collection, mais marier polar et humour ça me parle ;-). Merci pour cet intéressant avis !
    Par contre, la couverture, je ne la trouve pas top…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s